include_once("common_lab_header.php");
Excerpt for Chinoiseries du cœur by , available in its entirety at Smashwords


Alexandre Roger
















Chinoiseries du Cœur




Copyright © 2007 Le Manuscrit

Copyright © 2019 Alexandre Roger, pour la présente édition, tous droits réservés pour tous pays



TABLE DES MATIERES



Chinoiseries du cœur

Biographie

Bibliographie

Aperçu



A mon épouse Weiwei




1



Quand il fait froid dehors

Si tu es dans mon cœur

Alors c’est le bonheur

Je pense à toi très fort


Je chanterais en chœur

Tu es mon seul trésor

Bien plus précieux que l’or

Et toutes les liqueurs


Puis quand il sera l’heure

D’apercevoir ton corps

Toute peur s’évapore

Avec cette lueur


Ma Weiwei que j’adore

Qui retient mes faveurs

Je dis avec ferveur

Tu me manques encore



2



Very big kiss

It’s for the bliss

And to my miss

With an iris



3



Ouvrir son cœur

Sans la pudeur

Fuir les rancœurs

Pour la grandeur


L’envie d’aimer

Pour déclamer

La vie jamais

Sans blasphémer


Ouvrir son âme

Chérir sa femme

Clore les drames

Nourrir la flamme



4



Bien souvent le plus important

N'est pas du tout le contenu

Mais le contenant attirant

Puis le contenu inconnu

L'est quand même de temps en temps


Parfois le contenant est nu

Et le contenu élégant

Puis quand ils sont entretenus

Les tenants et aboutissants

Sont finalement reconnus



5



Quand lentement Paris s’endort

Pareillement Shanghai s’éveille

Et quand la distance s’instaure

Alors je songe à ma Weiwei


Quand je m’endors seul à Paris

Dans mon lit je tiens ce pari

Tu te réveilles à Shanghai

Nue juste vêtue d’un chandail


Je sens ce rayon de soleil

Qui filtre par le vermeil store

Qui souvent trouble mon sommeil

L’ombre chinoise de ton corps


J’attends l’éclipse des nuits blanches

Qu’au grand jour notre amour s’épanche

Je prie pour que nos fiançailles

Se terminent en épousailles



6



Une fleur pour ma princesse

Ce petit brin de muguet

Ce muguet du premier mai

De la part de son Alex



7



A toi dont les caresses blessent ma tristesse

A cette altesse enchanteresse et prophétesse

A cette déesse ex hôtesse des abbesses

A cette princesse faiblesse sans tigresse

A son expresse promesse et à sa justesse

J’adresse ma tendresse et ma délicatesse



8



Comme un oiseau déploie ses ailes

Pour s’envoler à travers ciel

Vers son appel providentiel

Je ne peux plus vivre sans elle


Celle si belle et éternelle

Qui dans des nuées m’ensorcelle

Et quand je pense à ses prunelles

Parfois une larme ruisselle


Purchase this book or download sample versions for your ebook reader.
(Pages 1-18 show above.)